Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

livre:tous_coupables [2015/11/30 21:58]
127.0.0.1 modification externe
livre:tous_coupables [2020/04/06 12:57] (Version actuelle)
Grégory Gutierez
Ligne 9: Ligne 9:
 En janvier 2007, le dessinateur Placid a été condamné à 500 euros d’amende pour avoir osé dessiner un policier avec un nez de cochon en couverture d’un petit manuel titré “Vos papiers! Que faire face à la police ?”, préparé par le Syndicat de la Magistrature,​ en 2001, et publié par l’Esprit Frappeur. L’auteur du texte et l’éditeur ont eux aussi été poursuivis et condamnés (respectivement à 800 et 1000 euros d’amende). En janvier 2007, le dessinateur Placid a été condamné à 500 euros d’amende pour avoir osé dessiner un policier avec un nez de cochon en couverture d’un petit manuel titré “Vos papiers! Que faire face à la police ?”, préparé par le Syndicat de la Magistrature,​ en 2001, et publié par l’Esprit Frappeur. L’auteur du texte et l’éditeur ont eux aussi été poursuivis et condamnés (respectivement à 800 et 1000 euros d’amende).
  
-{{ :​livre:​tous-coupables.jpg?​250|}}Petite précision : Placid dessine régulièrement ses personnages avec des attributs porcins, des yeux exorbités et des visages de psychopathes en puissance, c’est son style, et on peut aisément s’en rendre compte en feuilletant par exemple les pages de [[http://​fr.wikipedia.org/​wiki/​Lapin_%28revue%29|la revue Lapin]] éditée par L'​Association. Précision qui importait peu, semble-t-il,​ aussi bien au ministre de l’intérieur qui a lancé la première procédure judiciaire en 2001, le socialiste Daniel Vaillant, qu’à Nicolas Sarkozy, ancien ministre de l’intérieur et peut-être bien futur chef de nos armées, qui se chargea de relancer les poursuites en 2004 au nom du Ministère de l’Intérieur.+{{ :​livre:​tous-coupables.jpg?​300|}}Petite précision : Placid dessine régulièrement ses personnages avec des attributs porcins, des yeux exorbités et des visages de psychopathes en puissance, c’est son style, et on peut aisément s’en rendre compte en feuilletant par exemple les pages de [[http://​fr.wikipedia.org/​wiki/​Lapin_%28revue%29|la revue Lapin]] éditée par L'​Association. Précision qui importait peu, semble-t-il,​ aussi bien au ministre de l’intérieur qui a lancé la première procédure judiciaire en 2001, le socialiste Daniel Vaillant, qu’à Nicolas Sarkozy, ancien ministre de l’intérieur et peut-être bien futur chef de nos armées, qui se chargea de relancer les poursuites en 2004 au nom du Ministère de l’Intérieur.
  
 C’est drôle tout de même, aussi bien à gauche qu’à droite, on semble s’être entendu pour défendre ces pauvres policiers si sauvagement agressés par la plume de Placid. Mais avez-vous entendu parler de ce jugement dans la presse ? Non, certainement pas. Sans doute parce qu’en ce début d’année 2007, notre presse était trop occupée à défendre Charlie Hebdo, qui avait eu l’immense courage de s’attaquer à une religion minoritaire en France en associant son prophète aux activités terroristes de quelques illuminés, religion par ailleurs déjà bien stigmatisée par les “honnêtes gens” et les courageux intellos squattant nos plateaux télé pour dénoncer la barbarie (enfin, quand il s’agit de celles des autres, puisque, c’est bien connu, nous sommes, nous, bien propres sur nous et éduqués comme il se doit). C’est drôle tout de même, aussi bien à gauche qu’à droite, on semble s’être entendu pour défendre ces pauvres policiers si sauvagement agressés par la plume de Placid. Mais avez-vous entendu parler de ce jugement dans la presse ? Non, certainement pas. Sans doute parce qu’en ce début d’année 2007, notre presse était trop occupée à défendre Charlie Hebdo, qui avait eu l’immense courage de s’attaquer à une religion minoritaire en France en associant son prophète aux activités terroristes de quelques illuminés, religion par ailleurs déjà bien stigmatisée par les “honnêtes gens” et les courageux intellos squattant nos plateaux télé pour dénoncer la barbarie (enfin, quand il s’agit de celles des autres, puisque, c’est bien connu, nous sommes, nous, bien propres sur nous et éduqués comme il se doit).