Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
fort:introbotd [2016/02/27 13:12]
Grégory Gutierez
fort:introbotd [2016/02/27 13:13] (Version actuelle)
Grégory Gutierez
Ligne 1: Ligne 1:
 ====== Un coup de poignard et un rire - L'​introduction du Livre des Damnés et ses traductions ====== ====== Un coup de poignard et un rire - L'​introduction du Livre des Damnés et ses traductions ======
  
-{{:​fort:​botdcouv.resized.resized.resized.jpg?​400 |}}Les premières lignes du Livre des Damnés ont beaucoup fait dans l'​impact qu'à eu Charles Fort sur nombre d'​écrivains par la suite. Le Livre des Damnés se veut un essai, plutôt qu'une oeuvre littéraire,​ une compilation d'​archiviste sur une masse grouillante de phénomènes inclassables,​ plutôt qu'une fiction ou une méditation sur notre perception de la réalité. C'est en tout cas ainsi qu'il a été reçu, c'est particulièrement vrai en France avec la réappropriation de l'​oeuvre de Fort dans les années 1960 via le Matin des Magiciens de Pauwels et Bergier puis la revue Planète. Mais les premiers paragraphes du livre n'ont rien d'une introduction objective et rationnelle,​ il s'agit d'une incantation,​ d'une prophétie, de l'​invocation d'​êtres et de choses qui "ne devraient pas être",​ pour pasticher Lovecraft. On croirait lire un voyant (au sens ancien du mot), un prophète qui décrit ses visions au lecteur.+{{ :​fort:​botdcouv.resized.resized.resized.jpg?​300|}}Les premières lignes du Livre des Damnés ont beaucoup fait dans l'​impact qu'à eu Charles Fort sur nombre d'​écrivains par la suite. Le Livre des Damnés se veut un essai, plutôt qu'une oeuvre littéraire,​ une compilation d'​archiviste sur une masse grouillante de phénomènes inclassables,​ plutôt qu'une fiction ou une méditation sur notre perception de la réalité. C'est en tout cas ainsi qu'il a été reçu, c'est particulièrement vrai en France avec la réappropriation de l'​oeuvre de Fort dans les années 1960 via le Matin des Magiciens de Pauwels et Bergier puis la revue Planète. Mais les premiers paragraphes du livre n'ont rien d'une introduction objective et rationnelle,​ il s'agit d'une incantation,​ d'une prophétie, de l'​invocation d'​êtres et de choses qui "ne devraient pas être",​ pour pasticher Lovecraft. On croirait lire un voyant (au sens ancien du mot), un prophète qui décrit ses visions au lecteur.
  
 Et cette entrée en matière est l'un des plus puissants exemples du style littéraire de Charles Fort, un condensé à la fois de son style et de sa pensée. //"​Euclide main dans la main avec l'​esprit de l'​anarchie."//​ Soit, le maître à penser de la géométrie et des mathématiques,​ de la rationalité et du calcul, mélangé à quelque chose qui se rapporte à la notion de désordre (l'​acception populaire du mot "​anarchie"​) et de refus de toute forme d'​autorité (l'​anarchie en tant que projet politique). ​ Et cette entrée en matière est l'un des plus puissants exemples du style littéraire de Charles Fort, un condensé à la fois de son style et de sa pensée. //"​Euclide main dans la main avec l'​esprit de l'​anarchie."//​ Soit, le maître à penser de la géométrie et des mathématiques,​ de la rationalité et du calcul, mélangé à quelque chose qui se rapporte à la notion de désordre (l'​acception populaire du mot "​anarchie"​) et de refus de toute forme d'​autorité (l'​anarchie en tant que projet politique). ​