Le jardinier, la fouine-taupe et le scolopendre (rêve dans la nuit du 12 au 13 novembre 2009)

Je marche le long d’une petite rivière, en été. Je suis seul, mais j’arrive au niveau d’un petit mur de pierres blanches et grises, derrière lequel je découvre un jardinier, qui creuse un trou avec ses mains gantées, au pied du mur. Il déplace aussi des pierres avec application. Je ne comprends pas vraiment ce qu’il fait, j'aimerais lui poser la question mais je me contente de lui dire bonjour, il me répond avec politesse, et je continue mon chemin.

J’arrive dans un champ à moitié retourné, avec des zones boueuses et d’autres pleines d’une herbe touffue. Je distingue un petit monticule de terre, comme ceux fabriqués par les taupes, mais c’est une fouine qui en sort sous mes yeux, au moment où j'arrive juste devant. Je voudrais la saisir, mais elle est toute crasseuse et j'ai peur de me salir. Je m'aperçois alors que j'ai des gants très épais aux mains, comme ceux du jardinier, et maintenant je peux attraper la fouine-taupe. Une fois bien serrée dans mes mains, je l'examine : c’est une fouine tout à fait normale, mais recouverte de terre séchée, c’est donc bien une fouine qui vit sous la terre. Etrange…

Ne sachant qu’en faire, je décide de retourner en arrière pour la confier au jardinier (il ne me vient pas à l'idée de la remettre dans son trou, comme si j'avais trouvé là un objet qui n'était évidemment pas à sa place). Je rebrousse chemin, je retrouve le jardinier. Pendant tout le trajet, j’avais très peur que la fouine-taupe se débatte et arrive à se défaire de mon emprise. Je lui montre l’animal, il est tout content de ma trouvaille, comme si je lui faisais un beau cadeau, et me remercie chaleureusement d'avoir pensé à lui. Il la prend par la nuque et la pose à terre, entre deux grosses pierres grises. Elle ne bouge plus du tout, comme hypnotisée, tétanisée par sa présence à lui.

Je vois alors quelque chose qui bouge juste à côté, sur d’autres pierres : c’est un scolopendre géant ! Au moins aussi gros que la fouine-taupe ! Il marche de toutes ses pattes monstrueuses, essayant de se frayer un chemin parmi les pierres. Je suis d’abord saisi de peur, puis je suis fasciné par cette énorme créature. Je la signale au jardinier. Il s’amuse de ma réaction et saisit la créature juste derrière la tête, et il la pose à terre, comme il avait fait avec la fouine-taupe, mais cette fois avec un geste sec et violent. Il me dit quelque chose comme “et voilà, ne vous en faites pas, elle ne bougera plus, ah ah ah !”. Et puis, brusquement, il me lance à la figure la tête du gros scolopendre, qu’il venait d’arracher de son corps sans que je m’en aperçoive. Je suis assez dégoûté par cette attitude de gamin et je me demande bien pourquoi il a fait ça.

Fin du rêve.

~~LINKBACK~~ ~~DISQUS~~

Entrer votre commentaire. La syntaxe wiki est autorisée:
F O K V​ R
 
  • /home/gregorygig/www/data/pages/songes/jardinierfouinescolopandre.txt
  • Dernière modification : 2015/11/30 21:58
  • de 127.0.0.1